Jimmy-Fairly-9

Hello les amis ! Je suis ravie de vous retrouver aujourd’hui pour le premier article de développement personnel de l’année 🙂 A cette occasion nous allons parler de confiance en soi, un sujet que vous m’avez souvent soufflé à l’oreille lorsque je vous ai demandé des idées de sujets de développement personnel à traiter sur le blog !

Le manque de confiance en soi peut être un frein majeur à l’épanouissement personnel : il nous empêche de croire en nous, de prendre des décisions et de développer notre potentiel en favorisant les pensées diminuantes ou culpabilisantes envers nous-mêmes. Même si certaines personnes y sont plus enclines que d’autres, nous pouvons tous manquer d’assurance et de confiance en nous à différents moments de notre vie, dans la sphère personnelle comme professionnelle. Heureusement il y existe des astuces pour y remédier !

Le manque de confiance en soi

Le manque de confiance en soi peut puiser son origine en de nombreux endroits : que ce soit dans l’enfance ou l’adolescence (avec par exemple l’absence ou l’abus de protection ou d’exigence parentale) ou durant la vie d’adulte (des situations personnelles ou professionnelles poussant à la dévalorisation), les conséquences sont toujours les mêmes : on se préoccupe trop du regard de l’autre et on souffre de la critique, on doute de nous ou on n’ose pas s’affirmer, on se sent inférieur.e, mal aimé.e ou incompris.e, on a du mal à déléguer et à demander de l’aide, on préfère réprimer ses sentiments plutôt que de les exprimer, on se renferme sur soi-même, on culpabilise facilement (pour soi et pour les autres) ou on a du mal à prendre des décisions.

D’une manière générale, on porte un regard très dur sur soi-même en dévalorisant ses atouts et compétences et en se focalisant sur les aspects négatifs de sa personne.

Mes astuces pour (re)trouver sa confiance en soi

De manière générale je dirais que je suis assez sûre de moi. Je suis de nature extravertie et j’ai de l’assurance de façon assez naturelle, notamment car je me connais très bien : j’ai appris à parfaitement identifier ma personnalité, mes forces comme mes faiblesses, et je suis en accord avec moi-même, en grande partie grâce à mon intérêt pour le développement personnel depuis une petite dizaine d’années qui m’a donné beaucoup de clefs à ce sujet. Si cela vous intéresse vous pouvez notamment relire mon article sur les 6 tests de personnalité qui m’ont aidée à mieux me connaître.

Certaines personnes sont plus enclines que d’autres à manquer de confiance en elles et certaines situations ou moments de vie peuvent favoriser ce déficit d’assurance (un changement de vie, un déménagement, un nouveau job etc.). Sortir de sa zone de confort et se lancer dans l’inconnu est toujours déstabilisant ! Heureusement la confiance en soi se construit, se façonne avec le temps et surtout s’entretient par le biais d’actions concrètes (qui m’ont été très utiles pout certaines) que vous pourrez mettre en place dès que vous aurez fini de lire cet article !

Apprendre à identifier et reconnaître ses qualités

Il est primordial d’apprendre à reconnaitre ses qualités et ne pas se focaliser uniquement sur ses défauts ! Apprendre à identifier ses talents est l’une des premières clés pour gagner en assurance et cesser de se dévaloriser à ses propres yeux et ceux des autres.

Nous avons tendance à porter un jugement affreusement difficile sur nous-mêmes, que nous ne porterions jamais sur quelqu’un d’autre de manière aussi tranchée. Essayez de penser à vous-même comme si vous étiez une tierce personne, un.e ami.e cher.e à vos yeux par exemple. Comment vous adresseriez-vous à vous-même dans ce cas-ci ? Apprendre à poser un regard bienveillant sur soi-même fait toute la différence et rend indéniablement plus sûre de soi (et plus heureux de manière générale d’ailleurs!)

Identifier ses qualités et les exprimer à haute voix facilite la prise de conscience. On envoie ainsi un message à notre cerveau : nos qualités sont réelles, avérées et légitimes. Les reconnaître permet de les rendre plus évidentes et plus familières à vos yeux. On peut ainsi s’appuyer sur celles-ci plus facilement dans des situations nouvelles ou inconfortables (et donc souvent anxiogènes).

Accepter ses forces comme ses faiblesses est incroyablement libérateur ! J’ai fait un gros travail sur moi-même lorsque j’ai commencé à m’intéresser au développement personnel et à apprendre à mieux me connaître et à m’accepter a été la première pierre à l’édifice pour moi. Identifier ma personnalité sans culpabiliser a tout changé dans ma relation avec moi-même. J’ai par exemple totalement accepté mon besoin de cadre et d’organisation et ma difficulté à prendre des décisions spontanées, ce qui peut me faire parfois paraitre inflexible.

Je ne m’auto-flagelle plus car je me comprends mieux et je n’ai pas envie d’être autre chose que ce que je suis. J’ai aussi appris à reconnaître mes talents : mes qualités d’organisation, ma capacité à faire se rencontrer les gens et les rassembler autour d’évènements qui créent du lien, mon aptitude à être à l’écoute et comprendre les autres, ma capacité à me remettre en question, ma créativité…

Pour identifier vos qualités, posez-vous la question suivante : que fais-je bien et de manière totalement naturelle ? Cela peut tout simplement être une action anodine de la vie quotidienne (aimer cuisiner, toujours penser à souhaiter les anniversaires, avoir un bureau parfaitement rangé et organisé …) qui est en fait le reflet d’une qualité plus profonde : l’organisation, l’empathie, la patience, la rigueur etc. Vous pouvez ensuite vous demander en quoi ces qualités font de vous une personne unique et comment vous pourriez les exploiter davantage !

Essayez de repérer, dans votre discours intérieur, tous les mots de l’ordre de la dévalorisation (« je n’y arriverai jamais ») et de l’interprétation immodérée (« c’est normal que j’ai échoué, puisque je suis nul.le ») et remplacez-les par une interprétation plus positive : « Avec mes moyens actuels, je risque de ne pas y arriver. Que me manque-t-il ? Que dois-je mettre en place pour y parvenir ? » ou « Si j’ai échoué, c’est probablement parce que telle et telle conditions n’étaient pas réunies : lesquelles ? Je ferai mieux la prochaine fois ». L’idée des pensées positives est d’empêcher l’auto-flagellation qui nuit profondément à la confiance en soi et de se focaliser sur les manières de mettre en place de futures réussites ! 

Quand le corps influence l’esprit

Autre point très important, la communication non-verbale. Parfois, nous sommes tellement concentrés sur ce que nous disons que nous mettons totalement de côté notre langage corporel. Or, il en dit très long sur nous, aux yeux des autres mais aussi des nôtres ! Il est donc important de prêter attention à son attitude, sa posture et ses tics nerveux qui nous trahissent souvent 😉 Lorsque je suis stressée, j’ai par exemple tendance à me gratter le crâne et à me recroqueviller sur moi-même (Vincent, lui, se ronge les ongles et ne parle plus. Chacun son « truc » ! )

Si vous n’avez jamais vu la passionnante conférence Ted « Votre language corporel forge qui vous êtes », foncez la regarder après avoir lu cet article ! VRAIMENT ! Amy Cuddy y explique comment le langage corporel affecte la façon dont les autres nous voient, mais aussi comment il peut changer la façon dont nous nous voyons nous-mêmes. Elle y affirme que « les poses de pouvoir » peuvent booster notre sentiment de confiance en nous et d’assurance et avoir ainsi un impact positif sur nos chances de réussite dans la vie. C’est absolument fascinant !

Ainsi, apprendre à soutenir le regard de son interlocuteur, être souriant, ne pas se recroqueviller sur soi-même, etc. sont des astuces qui permettent de se mettre dans une posture confiante et sûre de soi aux yeux des autres mais aussi à ses propres yeux, le corps influençant ainsi la pensée ! Ce sont des astuces particulièrement intéressantes pour un entretien d’embauche 😉

Gretchen Rubin, mon auteure de développement personnel préférée, parle souvent de « act the way you want to feel » (à traduire « agit comme tu aimerais te sentir ») qui rejoint totalement cette idée également. Il est notamment prouvé que sourire rend plus heureux (et pas uniquement l’inverse!) et avoir l’air sûr de soi rend donc plus sûr de soi aussi 😉

Un peu de fierté et d’auto-congratulation

Apprenons à être fiers de nous ! On ne peut pas se permettre d’attendre que les compliments viennent uniquement de l’extérieur 😉 Nous vivons dans une société dans laquelle la valorisation de l’autre n’est pas forcément naturelle et nos actions sembleront toujours plus importantes à nos propres yeux qu’aux yeux d’autrui (elles ne seront parfois même pas remarquées par les autres!). N’en voulez pas aux autres, nous avons tous nos propres soucis, contraintes et occupations et pas toujours le temps de valoriser les actions des autres !

C’est précisément pour cela que, même si les compliments de l’extérieur sont appréciés et nécessaires pour de nombreux types de personnalité, il est primordial de savoir aussi se féliciter soi-même et d’être fier de soi sans avoir besoin de la validation d’autrui. Je favorise énormément cette manière de pensée dans mon quotidien et j’essaie de régulièrement avoir des pensées positives envers moi-même, notamment en me félicitant de l’accomplissement de tâches sur ma to-do list dans la journée ou quand je me motive à faire du sport même lorsque je n’en ai pas la moindre envie 😉

Contrairement à ce que beaucoup pensent, s’aimer, ce n’est pas de l’égoïsme, c’est au contraire une condition essentielle pour s’épanouir (sans tomber dans le narcissisme évidemment ;))

Prenez conscience de vos petits accomplissements, vous réaliserez à quel point ils sont nombreux et fréquents. Vous pouvez faire cet exercice chaque jour : tous les soirs, avant de vous coucher, notez dans un petit carnet quelles sont les choses, petites ou grandes, que vous avez effectuées dans la journée et dont vous êtes fier. Cela vous aidera à mettre le doigt sur le positif et vous fera sourire lorsque vous relirez le carnet !

Il existe aussi une technique très efficace en psychologie qui consiste à pratiquer la pensée positive : il s’agit de la méthode Coué ! Vous devez la connaître de nom car elle est familière du grand public mais malheureusement souvent péjorative alors qu’il s’agit pourtant d’une pensée passionnante. Concrètement  la méthode Coué est une technique d’auto-persuasion par la répétition, à voix haute, d’affirmations positives (« je suis forte », « je suis douée pour telle ou telle chose », « je suis aimé.e », « je peux y arriver » etc.) C’est un concept vraiment très intéressant que je ne peux que vous recommander de découvrir dans l’ouvrage d’Emile Coué, fondateur de cette pensée.

Se libérer du regard des autres

Apprendre à se libérer du regard d’autrui est difficile mais profondément libérateur ! Tout d’abord, dites-vous que les autres ne prêtent pas autant attention à vos défauts et petits ratés que vous le pensez. Lorsque j’ai réalisé cela, je me suis sentie comme délestée d’un énorme poids !

Je vous donne un exemple : lorsque vous devez prendre la parole en public, si vous butez sur un mot, vous aurez tendance à avoir un « coup de chaud », à rougir et à avoir l’impression que tout le monde l’a remarqué et vous juge, perdant encore plus vos moyens. La vérité c’est que la majorité des gens n’auront pas remarqué votre erreur ou l’aurons remarqué tout en l’oubliant dans la seconde (on bute tous sur ses mots!) : vous reprendre simplement et de manière naturelle fera totalement passer inaperçu votre hésitation d’un instant et vous pouvez être certain.e que personne à part vous -même ne se rappellera de cet accroc à la fin de votre prise de parole !

Dans la même lignée, j’ai lu il y a quelques années un article très intéressant sur les premiers mots que l’on échange avec quelqu’un que l’on rencontre pour la première fois. Si vous êtes invité.e à une soirée ou un mariage par exemple et que vous êtes assis à une table ou vous ne connaissez personne, il est commun d’être un peu mal à l’aise et de ne pas savoir comment engager la conversation. Bonne nouvelle : l’immense majorité des gens ne se rappellent absolument pas des premiers mots échangés dans une conversation (allez-y, essayez de vous rappeler les premiers mots de votre conversation avec vos proches, je vous mets au défi ;)).

Les premières phrases d’une première rencontre sont une simple manière d’amorcer la conversation et les banalités sont souvent un bon moyen 🙂 Si une conversation passionnante a commencé par un « quel dommage qu’il pleuve aujourd’hui » vous ne vous en souviendrez plus car vous vous concentrerez sur l’échange intéressant qui a suivi ! Depuis, je n’ai plus aucun mal à initier la conversation avec des gens que je ne connais pas !

Arrêter de se comparer aux autres. Je sais que ce n’est pas une chose aisée à l’ère du digital et des réseaux sociaux qui montre les vies en apparence parfaites des gens qui nous entoure. Rappelez-vous toujours que ce sont des instants choisis et tout le monde a son lot de soucis et de préoccupations, que l’on choisit rarement de documenter.

« Don’t compare someone’s middle to your first » : Nous sommes tous différents (heureusement) et ce qui est facile et évident pour les uns ne l’est pas forcément pour les autres. Se comparer aux autres est souvent biaisé et ne peut que conduire à une dévalorisation de soi-même. Si vous lancez un projet dans un domaine en vous comparant à quelqu’un installé dans ce même domaine depuis 10 ans, vous ne pourrez que trouver votre projet moins prospère que celui de cette autre personne !

Pour mesurer vos accomplissements, gardez en tête d’où VOUS venez pour constater jusqu’où VOUS êtes allés 🙂 Renseignez-vous sur les personnes aux parcours que vous admirez et laissez-vous inspirer plutôt que de vous comparer à eux !

Se défaire du regard des autres est quelque chose de difficile pour moi car j’ai ce besoin maladif de plaire à tout le monde (même les gens que je n’apprécie pas, ce qui est ridicule je vous l’accorde) et j’ai du faire un gros travail sur moi-même pour prendre du recul et accepter qu’il est impossible de plaire à tout le monde (et que ce n’est pas grave!)

monica

Enfin, apprendre à ne pas culpabiliser à la place des autres est également très important. Nous ne sommes pas responsables des actes des autres malgré ce que certains veulent parfois nous laisser entendre. Identifiez les accusations non recevables (« j’ai fait ça pour toi », « c’est ce que tu m’avais dit de faire », etc.), prenez du recul et laissez à autrui ce qui lui appartient ! Comme le dit souvent Gretchen Rubin, nous n’avons le pouvoir que de nous changer nous-mêmes et on ne peut pas forcer les autres à changer s’ils n’ont pas ce souhait eux-mêmes.

Sortir de sa zone de confort et se lancer des défis

Même si cela est toujours difficile, sortir de sa zone de confort a souvent plus d’avantages que d’inconvénients, notamment celui de se prouver à soi-même que l’on est capable de faire quelque chose ! Se lancer de nouveaux défis, faire de nouvelles activités ou prendre une décision qui vous effraie mais dont vous savez que l’issue sera positive ne pourra que booster votre confiance en vous en vous prouvant que vous êtes capable de plus que ce que vous ne croiriez !

L’idée n’est pas nécessairement d’avoir des objectifs exceptionnels et ambitieux, vos challenges peuvent aussi être de grandes comme de « petites » choses en apparence plus anodines ! C’est aussi l’objectif derrière les bonnes résolutions que je prends chaque début d’année !

Penser aussi à ne placer la barre trop haute pour vous permettre d’atteindre vos objectifs et de vous en trouver encouragé.e et non de vous auto-saboter (un travers commun pour les gens qui manquent de confiance en eux.)

J’ai par exemple voulu me remettre à la lecture l’an dernier et au lieu de me donner l’objectif de lire 30 livres dans l’année, j’ai commencé « petit » avec un objectif de 6 livres que j’ai réalisé et qui m’a donné envie de faire plus (cette année mon objectif est de 10!) Se fixer des objectifs difficilement atteignables aurait l’effet inverse de miner votre confiance en vous !

Un esprit sain dans un corps sain

Faites du sport ! Oui, mais pas seulement pour vous muscler ! Ma dernière astuce pour booster sa confiance en soi serait de faire une activité sportive car le sport apprend à se dépasser ! Chaque victoire nous rassure sur nos capacités physiques et mentales et permet d’accumuler une multitude de petits succès personnels qui font toute la différence ! De plus, le sport favorise la libération d’endorphine, l’hormone du bonheur, de la légèreté, ce qui ne peut que vous aider dans votre cheminement vers la confiance en vous !

Depuis que je fais du sport assidument, ma confiance en moi a encore grandi car j’ai en effet appris à dépasser mes limites et je me suis laissée surprendre par mon propre corps et mes propres ressources, me  permettant d’atteindre des objectifs que je n’imaginais pas possible il y a encore quelques années ! C’est tellement revigorant et un gros vecteur de confiance en soi sans aucun doute !

Et vous ?

J’espère que ces quelques astuces permettront à ceux ou celles d’entre vous qui se sentent manquer de confiance en eux de trouver des clefs pour rebooster leur estime d’eux 🙂 De petites choses et de petits changements peuvent avoir de grands effets, ne l’oubliez jamais !

Et vous, quelles sont vos astuces pour avoir confiance en vous ? Je serais ravie d’entendre vous conseil qui sont toujours hyper pertinents 😉