Essentiels-cuisine-saine-5

Hello tout le monde ! Il y a deux mois, j’ai eu la chance de rencontrer Marion, coach en nutrition avec qui j’ai décidé d’entamer une série d’articles pour vous parler de nutrition. Dans le premier, je vous racontais que Marion était venue chez moi afin d’analyser le contenu de mes placards et de mon frigo (une expérience très instructive) et dans le second je vous révélais les aliments indispensables d’une cuisine saine et savoureuse.

Aujourd’hui on se retrouve pour un Q&A ! Vous avec été extrêmement nombreux.ses à me poser toutes sortes de questions en commentaires suite à ces deux articles, c’est pourquoi j’ai eu envie d’en compiler 10 dans un article questions/réponses auquel Marion a bien voulu m’aider à répondre ! 🙂

Nous répondons à vos questions !

#1 Pourrais-tu dresser un petit récapitulatif des composants à éviter ?

Rentrer dans le détail serait trop complexe mais, de manière générale, l’idée est d’éviter au maximum les additifs alimentaires et partir du principe que, si on ne comprend pas la liste des ingrédients, il vaut mieux délaisser le produit. Pour ce faire, Marion conseille de cuisiner un maximum à base de produits naturels bruts (vous pouvez retrouver les indispensables de la cuisine saine dans mon précédent article) et d’éviter d’acheter des produits tout faits, que ce soit des plats préparés ou des sauces par exemple.

#2 Que sont les super aliments et à quoi servent-ils exactement ?

« Super aliment » est une expression qui désigne des aliments qui sont particulièrement riches en micronutriments (vitamines, minéraux, phytonutriments, etc.). Ces super aliments viennent en général de loin (les baies de Goji de Chine, l’açai ou le maca d’Amérique du Sud…), ils sont donc non seulement peu écologiques mais aussi onéreux !

Certains aliments locaux (et donc bon marché) et avec lesquels on est familier pourraient et devraient eux aussi être considérés comme des super-aliments : l’ail, la coriandre, le miel, l’huile d’olive ou encore les légumineuses, les fruits rouges et de nombreuses graines sont très denses en micronutriments. Ils ont des propriétés préventives et sont ainsi très bons pour la santé, Marion recommande donc de les utiliser régulièrement en cuisine !

#3 Quand on vit à Paris, les aromates qui poussent sur le balcon ne sont-ils pas trop pollués ?

La pollution est inévitable et pas uniquement en ville. Si vous vivez à côté d’un champ où poussent des plants arrosés de pesticides, il y a de bonnes chances pour que les pesticides se retrouvent sur vos aromates du balcon.

Aussi, quand on sait que chaque jour, environ 12 000 litres d’air (pollué) passent dans nos poumons, la question de la pollution sur les aromates d’un balcon devient (malheureusement) assez négligeable.

Tout comme il est préférable de manger des légumes non bio que pas de légumes du tout, il est préférable de manger des aromates qui poussent sur un balcon en ville que pas du tout.

#4 Quelles sont les meilleures sources de protéines végétales ?

On retrouve des protéines végétales dans les aliments suivants :

  • Les légumineuses : lentilles, haricots rouges, haricots noirs, pois chiches, edamame…
  • Les produits à base de soja : tofu, tempeh…
  • Les graines : graines de chia, les graines de chanvre, graines de courge…
  • Les céréales complètes : quinoa, avoine…
  • Les oléagineux : amandes, cacahuètes…
  • Les légumes verts, notamment les petits pois et les épinards.

#5 Quels sont les fondamentaux d’un régime alimentaire vegan équilibré ?

Manger vegan ne rime pas forcément avec manger santé ! C’est un sujet qu’il est préférable d’aborder en consultation ou en coaching (vous pouvez vous rapprocher de Marion pour cela) puisque chacun est biochimiquement unique, mais voici les bases :

  • Manger naturel et brut (versus manger des produits industriels transformés) ;
  • Aller chez votre médecin et lui demander un bilan sanguin pour checker les éléments suivants : vitamine B12, vitamine D, fer, vitamine A, zinc, iode, et rectifier en conséquences ;
  • Prendre un complément alimentaire en vitamine B12 selon les conseils de votre médecin ;
  • Être conscient des sources végétales de protéines et en intégrer chaque jour dans votre alimentation ;
  • Être conscient des sources végétales de fer et en intégrer chaque jour dans votre alimentation, voire prendre un complément alimentaire selon les conseils de votre médecin ;
  • Être conscient des sources végétales d’omégas 3 et en intégrer chaque jour dans votre alimentation.

#6 Comment expliquer cette nouvelle façon de consommer à son entourage ?

Question complexe et, malheureusement, Marion et moi n’avons pas de solution simple et rapide ! Les habitudes/croyances alimentaires sont en général très ancrées chez chacun et il est malheureusement souvent difficile de s’ouvrir à d’autres perspectives. Laissez le temps à vos proches de comprendre votre démarche, c’est souvent un travail de longue haleine.

Je vous conseille de ne pas forcer votre entourage à adopter vos nouvelles habitudes alimentaires, et d’avoir des arguments sous la main pour expliquer les raisons de ces nouvelles habitudes (ce que l’on vous demandera très probablement). Avec le temps, s’ils voient que ces nouvelles habitudes vous conviennent et que vous rayonnez de santé, ils finiront par s’y faire 🙂

Pensez aussi à intégrer vos proches dans votre démarche en leur faisant découvrir que manger sain ne rime pas avec ennui et privation ! J’ai découvert que je me régalais encore plus (et que j’avais moins de problèmes de digestion) en mangeant la cuisine sans lactose et sans gluten de ma Maman (qui a été diagnostiquée comme allergique aux deux il y a quelques années) et c’est depuis cela que j’ai eu envie d’adopter un nouveau mode d’alimentation à mon tour !

Essentiels-cuisine-saine-14

#7 Comment contrôler ce qu’on mange quand on ne mange pas chez soi, par exemple dans une cantine d’entreprise ?

Si, dans votre cantine d’entreprise, peu de choix vous conviennent ou si la qualité de la nourriture proposée n’est pas bonne à votre sens, nous avons bien conscience que la changer relève du défi. Si vous en avez la possibilité, prenez alors le temps de vous faire une lunchbox maison, ce qui reste le meilleur moyen de manger comme on l’entend. Si vous cuisinez le soir, pensez par exemple à doubler les quantités pour en faire votre déjeuner à emporter le lendemain midi ! Avec une bonne dose d’organisation, se préparer son déjeuner à emporter n’est pas forcément si compliqué que cela 😉

Qui ne tente rien n’a rien : vous pouvez aussi essayer (avec d’autres collègues partageant votre position) de faire changer les choses dans la cantine d’entreprise en demandant à ce que d’autres options plus saines et/ou variées soit intégrées.

#8 Comment gérer sa faim et ses envies compulsives ?

Il est difficile de répondre à cette question de manière générale, car selon l’histoire médicale, les habitudes alimentaires et la santé de chacun, les conseils ne peuvent être les mêmes pour gérer sa faim et ses envies compulsives. C’est quelque chose qu’il est préférable d’évoquer en consultation ou en coaching avec Marion ou avec un autre thérapeute.

De manière générale, pour avoir un sentiment de satiété dans la durée et éviter de grignoter, je vous conseille de manger des repas complets et variés (protéines, lipides, glucides et beaucoup de micronutriments) dans des quantités suffisantes, et également de prendre le temps de mâcher (20 à 40 fois par bouchée idéalement !).

Concernant les envies compulsives, en général sucrées chez une majorité de personnes, c’est assez difficile car le sucre est addictif. Il faut donc s’en déshabituer petit à petit, ce qui requiert beaucoup de volonté ! Pensez aussi à avoir des snacks healthy (mais délicieux) sous la main : personnellement j’adore manger une poignée de noix de cajou ou d’amandes lorsque j’ai faim ! Boire du thé ou une tisane peut également aider à pallier cette envie de sucre !

#9 Comment résister aux envies de sucré à la fin d’un repas ?

Je conçois que ça peut être très difficile car j’étais moi-même incapable de me passer de sucre en fin de repas, même lorsque j’avais déjà trop mangé. Comme nous le disions plus haut, le sucre est addictif, il faut s’en déshabituer petit à petit… Cela prend du temps et peut être frustrant mais croyez-moi si j’ai réussi à le faire vous le pouvez aussi ! Aujourd’hui je ne me prive jamais si j’ai envie d’un dessert au restaurant mais je n’en prends jamais un « juste pour en prendre un » lorsque je suis déjà repue.

Pour comment à vous défaire de l’addiction au sucre notamment en fin de repas, Marion vous conseille d’adopter le réflexe tisane. A la fin de chaque repas, au lieu de prendre une sucrerie, faites-vous votre tisane préférée. Le temps de la boire, en général, vous être distrait de cette envie de sucré et votre estomac est plein d’eau. Technique que j’ai testé et adopté et qui marche à merveille ! Si tous vos amis prennent des desserts au restaurant, cela vous permet d’avoir quelque chose à consommer vous aussi et de ne pas les regarder manger 😉

dyson-pure-10

#10 Quels sont les faux bons amis ?

Marion a cité deux exemples assez surprenants :

  • Les galettes de riz : le riz blanc est constitué de sucre qui passe rapidement dans le sang et a tendance à faire grossir et à fatiguer notre mécanisme de régulation de la glycémie. Même chose pour les galettes de maïs que je mangeais en grande quantité avant que Marion n’attire mon attention sur leur teneur en sucre. Je privilégie les tartines de sarrasin dorénavant !
  • Le sirop d’agave : c’est lui aussi un sucre qui passe rapidement dans le sang, avec les mêmes conséquences que pour les galettes de riz. Privilégiez le sucre coco ! Je l’ai adopté depuis quelques semaines de mon côté !

Les questions qui restent encore sans réponse

Vous avez été nombreux.ses à me demander ce qu’il fallait penser du tofu et, plus globalement, de la consommation de soja pour les femmes et les enfants. Marion m’a expliqué que la recherche sur le soja était encore en cours et que des conclusions d’études très sérieuses avaient été trouvées des deux côtés du spectre. Autrement dit, il est pour l’instant impossible d’apporter un réponse absolue à cette question. 

D’autres questions ?

J’espère que cet article vous aura plu et aura répondu à des questions que vous vous posiez peut être ! N’hésitez pas à nous en poser d’autres en commentaires si vous en avez. De notre côté nous travaillions sur des recettes de repas sains et faciles à préparer à vous partager sur le blog dans notre prochain article food 🙂

Bonne semaine !